ANCIENNE COLLECTION CHARLES MAURICHEAU-BEAUPRÉ (1889-1953)

Issu d'une grande famille poitevine, Charles Mauricheau-Beaupré, né le 21 août 1889 à Paris.
Après des études à l'école du Louvre  où il fut élève de Pierre de Nolhac, il entre en 1919 comme jeune attaché à la conservation du château de Versailles alors que Pierre de Nolhac en est toujours l'éminent conservateur en chef. Il occupera cette fonction sous la houlette des conservateurs qui suivent, André Pératé, Gaston Brière et Pierre Ladoué. Il est nommé professeur suppléant à l'École du Louvre, puis professeur en 1929. Il y enseignera jusqu'à sa mort. En 1924, il devient délégué dans les fonctions de conservateur adjoint, chargé plus spécialement du Petit et du Grand Trianon, logé de ce fait au Grand Trianon. Il est nommé conservateur adjoint des musées nationaux de Versailles et des Trianons en 1929. En 1941, en pleine Occupation et à la suite du départ précipité de Pierre Ladoué, il est nommé conservateur en chef.
Il met cette situation de guerre à profit. Dans un Versailles entièrement vidé de toutes ses collections, évacuées vers des sites sûrs en province, le château et le parc étant par ailleurs fermé au public, il a la liberté de mettre au point un vaste plan de réorganisation des collections. Il envisage le retour au domaine des Écuries et du Grand Commun, projet qui finira par se réaliser plus d'un demi-siècle après sa mort. Le plan de réorganisation de Charles Mauricheau-Beaupré a été repris par ses successeurs.
Pendant la guerre et dès après la reddition de l'Allemagne nazie, il initie à Versailles une série d'opérations majeures dont les conservateurs ultérieurs, notamment Gérald Van der Kemp, pourront bénéficier. Parmi ces actions notables, on compte : 
. Le début de restitution de la chambre de la Reine.
En 1941, dépouillée de ses boiseries d'époque, balustrade, portes, dessus de portes et cheminée depuis la Révolution et Louis-Philippe, la chambre n'était ornée que de trois tapisseries (L'Histoire d'Esther) et de portraits de reines. Charles Mauricheau-Beaupré y réinstalle boiseries et cheminée. Il fait commencer à tisser en 1946 par les soyeux lyonnais, le « grand broché de la Reine », fastueuse étoffe en gros de Tours, dont le dessin attribué à Jean-François Bony. 
. La restauration des plafonds des grands Appartements.
. Le 6 mars 1942, le plafond de Coypel dans la salle des Gardes de la reine s'effondre. Conscient de l'urgence, Charles Mauricheau-Beaupré mène une étude dès le 5 mai suivant avec l'architecte en chef André Japy, et entame aussitôt une vaste campagne de restauration des plafonds : salons de Mercure, de Mars, d'Apollon, de la Paix, de la Guerre, de la Grande Galerie. Commencée en 1943, la campagne s'achève après la mort de Mauricheau-Beaupré, avec la restauration prévue du salon d'Hercule (1954-1957).
. L'idée de la reconstitution de la chambre du Roi. Il meurt peu de temps avant d'avoir convaincu Arturo Lopez de s'intéresser à la reconstitution de cette pièce selon son "meuble d'hiver", pour laquelle il a réuni pendant dix-sept ans les éléments nécessaires. 
. L'inauguration de la politique d'achats.
À son entrée en fonction, la subvention d'État couvre à peine les frais de fonctionnement et une fraction de l'entretien. Elle ne permet aucunement les achats en vue du remeublement du château. Les dons suppléent en partie, la Société des Amis de Versailles constituant depuis 1907 une aide précieuse quoique limitée. Soutenu par le secrétaire d'État aux Beaux-Arts André Cornu, Mauricheau-Beaupré bénéficie de quelques fonds supplémentaires et inaugure ce qui deviendra, plus tard, une réalité courante pour Versailles : l'achat sur fonds publics. Par exemple, en 1950, Pierre Verlet note qu'il fait l'acquisition de deux pliants dorés « d'une magnifique sculpture rocaille ».
En 1950, il devient le premier président de la Société des Amis de Port-Royal, association dédiée aux recherches sur le jansénisme et fondée à l'initiative de François Mauriac et Henry de Montherlant. Il occupera ce poste jusqu'à sa mort.
En 1953, il se tue accidentellement sur la route lors d'une tournée de conférences sur Versailles au Canada. Son assistant Gérald Van der Kemp, nommé auprès de lui en octobre 1945, lui succède. Charles Mauricheau-Beaupré est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (21e division).

ANCIENNE COLLECTION ÉTIENNE L'ÉVEILLÉ, DIRECTEUR DE LA PRISON DE LA CONCIERGERIE SOUS NAPOLÉON III. ANCIENNE COLLECTION CHARLES MAURICHEAU-BEAUPRÉ, HISTORIEN D'ART, CONSERVATEUR EN CHEF DU CHÂTEAU DE VERSAILLES, SUCCESSION ÉRIC MOUSSEL, SEPTIÈME PARTIE, TABLEAUX ET DESSINS ANCIENS, SCULPTURES, OBJETS D'ART ET DE BEL AMEUBLEMENT, TAPISSERIES, TAPIS, BIBLIOPHILIE, GRANDS CRUS CLASSÉS
jeudi 17 décembre 2020 14:00
Nogent, Hôtel des Ventes
Lots Infos Drouot Live Enchérissez en direct