ATELIER JACQUES BOÉRI

  
Jacques BOÉRI est né à ASNIÈRES en 1929 dans une maison de la rue Émile Zola qui jouxtait celle où il vivra plus tard et qui lui servira d'atelier jusqu'à la fin de ses jours.

C'est dans un atelier de décor de théâtre qu'il apprit à peindre, tout en suivant les cours d'Histoire de l'Art de l'École du Louvre.

Immédiatement après cette formation, il décida de consacrer sa vie à la peinture.

Sa soif de découvertes, sa curiosité, son envie de s'enrichir d'autres cultures et son besoin de retrouver la technique picturale des maîtres anciens l'engagèrent à parcourir le monde. Il commença par l'Europe du Nord pour s'imprégner de la technique de Rembrandt et Vermeer. 

En 1953, il rencontra Nadine Véfour sur une plage d'Antibes. Elle avait seize ans, terminait ses études au lycée. Ils tombèrent singulièrement amoureux et devinrent indissociables. Cette rencontre, plutôt banale, transforma la vie des deux êtres. 

Elle abandonna les études de piano qu'elle avait entreprises pour se consacrer, elle aussi, à la peinture. Elle le suivit dans les salles du Louvre pour copier les maîtres anciens. 

Il se marièrent deux années plus tard.

Jacques communiqua à Nadine sa soif de sillonner le monde. Ils partirent pour le Cap Nord, l'Algérie, l'Afghanistan et l'Amérique centrale. Ils tombèrent en admiration de cette dernière destination.

Dans les années 1960-1970, il intégra la Société des Artistes Français.

En 1970, lors d'une exposition collective des Artistes Français à New York, il fut repéré par la galerie Jean Mary, située à l'époque sur la troisième avenue.

Immédiatement celle-ci l'exposa sur ses cimaises. Le succès fut immédiat. Jean Mary deviendra sa galerie de référence. Chaque année le marchand d'art passait à l'atelier d'Asnières acheter des œuvres qu'il exposait à New York.

En 1974, à Chicago, la filiale de la galerie Jean Mary, puis la galerie Merryl and Chase commencèrent à l'exposer. Une galerie anglaise fut ensuite conquise.

Les clients affluaient dans l'atelier d'Asnières, comme dans celui de Jouancy, dans l'Yonne, qu'il avait ouvert.

Des œuvres de lui, intégrées à celles d'artistes du groupe des Artistes Français, furent ensuite exposées au Musée Pouchkine à Moscou.

Puis, en 1969, il exposa à Tokyo, Osaka, Kyoto.

À Paris, à partir de 1980, ce fut la galerie des Cinq-Sens rue du Faubourg Saint-Honoré qui défendit son œuvre. Le succès fut total.

Il commença alors à prendre le temps de la recherche sur la technique picturale et ouvrit un second atelier à Asnières où il enseigna la peinture.

Une crise cardiaque l'emporta en 2004 dans son atelier de JOUANCY. 

Cet artiste inclassable, autodidacte, voué corps et âme à la peinture, indépendant de tout mouvement, de toute école artistique, chercha au long de sa vie à maîtriser la technique ancienne. Il ne peignait jamais au pinceau, mais au doigt ou au tampon. 

Son œuvre, figurative, pourrait être qualifiée de surréaliste. Cependant, intemporelle, universelle (car elle parle du monde) elle est aussi un hymne à Nadine, sa muse, présente dans toute son œuvre, et plus généralement à toutes les femmes auxquelles il vouait une admiration sans borne. Il cherchait en elles ce qu'elles recélaient de plus profond et en livrait une interprétation au passé, au présent, au futur.

Sauvage, sans être misanthrope, il vivait avec recul et construisait sa personne en même temps qu'il construisait ses toiles, ses dessins. Mélomane, il peignait en écoutant les grands compositeurs. 

Les titres qu'il donnait à ses œuvres reflètent le monde intérieur de l'artiste, dans lequel il se réfugiait de plus en plus. Le peintre finissait par effacer l'homme…


SUCCESSION ÉRIC MOUSSEL, Cinquième partie. COLLECTION JEFFRY KAPLOW, ESTAMPES DE GRANDS MAÎTRES MODERNES. ATELIER JACQUES BOÉRI. TABLEAUX, DESSINS MODERNES ET CONTEMPORAINS, SCULPTURES, MOBILIER ET ARTS DÉCORATIFS DU XXe SIÈCLE, DESIGN
mercredi 04 novembre 2020 14:00
Paris, Drouot, salle 10
Lots Infos Drouot Live Enchérissez en direct